vendredi 29 mai 2015

Bali : la cerise sur la gâteau

Denière destination de notre voyage, Bali nous a séduit. Trois semaines de pur bonheur à pédaler sur cette île volcanique. Et pour terminer en beauté, nous avons roulé quelques jours avec de nouveaux compagnons.


Bali !

Par où commencer ? Le sourire des Balinais, les offrandes, les rizières, les jus d'avocat, les temples, les volcans, le satay ayam et sa sauce cacahuète, l'île de Nusa Penida, les massages, les temples, les fonds marins, les petits parasols sur les templions, le gamelon, la végétation luxuriante, les descentes vertigineuses, les temples, les statues, les scooters innombrables, les éléphants, les chiens, les mangostines, le rafting, les ramboutans, les cocotiers, les temples, les frangipaniers, les bougainvilliers, les fried banana, les coqs, les geckos, les fleurs, les danses balinaises, les cerfs volants qui dansent haut dans le ciel...

Et oui, nous n'avons rien écrit pendant 3 semaines et maintenant nous avons beaucoup de choses à dire sur notre séjour à Bali qui aurait mérité deux ou trois articles. Autant dire que cet article risque d'être long !

Après notre "coup de mou" dans le Sud Est asiatique, nous ne regrettons absolument pas d'avoir avancé notre départ pour filer à Bali et nous sommes aussi super contents d'avoir pu découvrir cette île indonésienne à vélo. Certes, les dénivelés ne sont pas toujours engageants mais nous sommes toujours récompensés par de magnifiques paysages et de belles étapes dans des villages sympathiques.


Ubud

Dès notre arrivée à l'aéroport nous prenons un taxi pour nous rendre à Ubud réputée plus authentique et moins encombrée que la grosse ville de Denpasar. Nous nous installons chez Gédé (prononcer Gdé) dans une petite maison typique balinaise avec son petit jardin fleuri et ses petits temples. Comme partout les femmes sont occupées à préparer de petits récipients en feuille de coco pour les offrandes. Emma est forcément volontaire pour les aider à en confectionner. Ce sont également les femmes qui déposent, plateau en main, matin et soir les offrandes de riz, de fleurs et d'encens dans les différentes parties de l'habitation.
Atelier "offrandes" pour la classe de CM2

Gédé nous amène faire du rafting à un prix bien inférieur à celui pratiqué pour les nombreux touristes essentiellement australiens pour qui l'île est une aire de jeux. Cette activité nous permet d'avoir un avant goût du relief escarpé de l'île !!!  Toute la famille s' amuse lors de cette activité rafraîchissante. Ensuite grâce à Gédé, nous assistons à des prières et des cérémonies pendant lesquelles les Hindous se purifient l'esprit. Au retour nous découvrons le café de luwak, il s'agit d'un café fait à partir de grains de café qui sont passés (sans être digérés) par le corps de ce petit animal (le luwak) ....
Sur les bords de la rivière que nous avons descendu en rafting
En tenue pour aller au temple

Lors de notre séjour à Ubud, nous assistons, dans le décor somptueux du temple Taman Serawasti (derrière le Lotus café), à un spectacle de danse balinaise. L'orchestre, le gamelon, est composé de 30 musiciennes dont 28 percusionnistes... ça fait du bruit ! Les danseuses sont gracieuses et précises, elles bougent leurs yeux, leurs bras et surtout leurs doigts ! C'est assez déconcertant.

La ville d'Ubud est très touristique, il y a de nombreux temples comme partout sur l'île. Dès que l'on sort du centre on se retouve dans les paysages de rizières. C'est vraiment très beau mais des hôtels commencent à être construits en plein milieu de ces champs ...

Temple à Ubud
Rizière près d'Ubud

Justin s'essaye à la récolte du riz
Ganesh

Offrandes
Les femmes placent les offrandes partout dans la maison le matin, il faut faire attention où poser les pieds
Nous découvrons également la cuisine balinaise, une des meilleures de notre voyage, à notre goût. On s'attendait à une cuisine très épicée, mais non, la sauce épicée est séparée du plat. Notre plat favori est le satay ayam (brochette de poulet à la souce cacachuète) mais il y a aussi le nasi goreng, le nasi campur, le gado gado, le mie goreng, le tempé, les fried bananas, les crêpes balinaises parfois vertes et les jus de fruits frais ! Bref on s'est bien régalés à Bali mais quand même une petite overdose de riz sans parler de l'huile qui est l'ingrédient principal de beaucoup de plats. 

Appétissant, non ?


De Ubud à Jameluk (Amed) via Lovina

Notre route de Ubud à Jameluk

De Ubud à Jameluk on passse par un volcan

Le 13 mai 2015 mai nous prenons nos tandems pour traverser l'île du sud vers le nord jusqu'à la station balnéaire de Lovina en passant par le centre montagneux. Nous quittons rapidement le trafic assez intense de la ville pour nous retrouver sur de petites routes. Il fait chaud, mais ça n'a rien à voir avec la chaleur intense d'Indochine. La première journée de d'ascension est longue et nous arrivons épuisés dans une homestay (chambre chez l'habitant) à la tombée de la nuit. Le matin nous découvrons les propriétaires de notre logement balayant la pelouse ! On comprend pourquoi le jardin est impeccable.

Pour éviter la circulation nous prenons les petites routes

Petite vue en quittant la homestay au petit matin
Parfois sur la route nous croisons des groupes de singes

Le second jour de notre ascension se résume en deux chiffres : 11 km en 4 heures ! Ca vous permet d'avoir une idée des pentes ! Sur les 4 heures, nous avons poussé nos vélos pendant 2 heures, rouler 30 minutes et passer le reste du temps à récupérer et à nous hydrater. Nous arrivons à Bedugul près du lac Danau Bratan au bord duquel se trouve un très beau temple.
Temple "Pura Ulun Danau"

Les enfants n'en peuvent plus !
Faut dire que ça monte !

Ce n'est pas terminé, le troisième jour ça monte encore pour atteindre la crête de la caldeira. Nous croisons de nombreux groupes d'étudiants roulant à scooters à travers l'île pour fêter la fin de leurs examens, c'est très animé.  Enfin nous basculons sur l'autre versant et là ça descent parfois à plus de 20% jusqu'à Munduk, où nous nous posons deux nuits pour nous balader dans des paysages de rizières en terrasse et nous rafraîchir près des cascades.
Balade dans les rizières
Belles rizières en terrasse près de Munduk
Depuis la homestay de Munduk !
Mais ce n'est pas les encore les vacances ...
Le vendeur de poissons rouges profite d'une crevaison de Delphine pour nous doubler !

Après cette pause montagnarde nous continuons la descente vers Lovina, ville de bord de mer réputée pour ses dauphins. Nous assistons à un spectacle de danse donnée par une troupe d'enfants menée par un Balinais se nommant... Jimmy Hendrix ! C'est plus vivant que la version adulte que nous avions vue à Ubud, on accroche plus.
Une danseuse balinaise ?

Ces premiers jours à Bali nous on fait découvrir la bonne humeur des habitants. Beaucoup éclatent de rire en voyant nos étranges tandems ! Ils nous ouvrent facilement les portes de leur maison pour que nous puissions nous reposer aux heures les plus chaudes.

Dans une maison balinaise où nous nous arrêtons pour nous mettre à l'ombre un midi
Lors des pauses, nous nous désaltérons avec les fruits que nous achetons au bord de la route : mangostine, ramboutan. Nous retrouvons même des granadillas que nous avions découvertes au Pérou !
Ils sont beaux mes fruits !

Pause au marché pour faire le plein de mangostines

De Lovina, nous roulons sur la côte une bonne journée pour atteindre Tulamben situé 77 km plus loin sur la côte est de Bali. Nous arrivons tard et n'avons pas trop le temps de choisir notre hébergement, nous atterrissons dans un hôtel haut de gamme avec une piscine donnant sur la mer. On craque même si ça dépasse le budget !
En parlant budget, Bali reste bon marché malgré l'affluence touristique, nous trouvons des chambres à 10 euros et nous pouvons manger pour 5 euros pour nous 4 dans les warung (restaurants locaux). La négociation est plutôt facile et se fait toujours dans la bonne humeur.

Hôtel à Tulamben, côté mer ...

... et côté montagne 

A Tulamben nous louons des masques et tubas pour contempler l'épave du Liberty, un bateau échoué à quelques mètres de la plage. Il y a de nombreux poissons, mais c'est tout de même moins coloré qu'en Nouvelle-Calédonie. Ca y est on fait les difficiles ! Nous avons quand même vu un requin à pointe noire.
Vue sur le Mont Agung entre Tulamben et Jameluk

Après Tulamben nous enchaînons par une étape de deux jours à Jameluk (Amed) également réputée pour la plongée. Nous dégottons un petit hôtel les pieds dans l'eau avec petit déjeuner sur la plage, poisson grillé pour le diner, on se sent vraiment bien. Nous découvrons le jus d'avocat avec sa touche de chocolat, un peu sceptiques au début nous sommes rapidement conquis. Ca deviendra notre apéro favori sur l'île.



La baie de Jameluk et sa plage de sable noir

La Terre en vadrouillle : de Jameluk à Nusa Penida

Toujours sur notre plage à Jameluk, en fin d'après midi, une famille française s'approche de nous : "C'est à vous les vélos ? Nous aussi nous voyageons à vélo !".
Il s'agit des "Delaye en vadrouille" qui étaient déjà sur nos traces en Amérique du Sud ! Olivier et Elise voyagent avec leurs deux enfants Jeanne et Nans qui ont le même âge que les nôtres (10 et 7 ans). Rencontre détonnante, les sujets de discutions ne manquent pas : "Vous aviez bivouaqué où après Puquio ?", "On a vu vos dessins à la casa de cyclista à La Paz", "Vous êtes passés par où entre Coipassa et Uyuni ?". La décision est vite prise de rouler ensemble dès le lendemain pour former un nouveau groupe : La Terre en vadrouille !

La Terre en vadrouille
Jeanne, Justin, Emma et Nans

Après Charles et Denise puis les Zwoofff, les Delaye sont nos troisièmes compagnons de route pour plusieurs jours. Ca sera aussi la troisième famille de cyclovoyageurs que nous aurons rencontrée pendant notre voyage (après les Cyclotons en Nouvelle-Zélande puis Elodie, Seb et leurs deux petits bouts à Bangkok).

Force est de constater que les Français voyagent beaucoup dans le monde. En tout cas nous avons l'impression de voir plus de compatriotes que d'autres nationalités. Mais nous nous retrouvons peut être tous dans les mêmes endroits ? De plus, Comme la législation française nous permet d'instruire nos enfants en dehors de l'école, il y a beaucoup de familles françaises sur les routes. Certains de nos voisins européens nous envient !

Le lendemain nous rejoignons rapidement (malgré un dénivelé encore important) le village de Tirtagangga pour rejoindre les Delaye pour 5 jours de vadrouille commune.

Toujours les rizières en terrasse
Au palais aquatique de Tirtagangga



Au petit matin tout le monde s'affaire dans les rizières, près de Tirtagangga

Aux environs de Tirtagangga

Destination de la Terre en vadrouille : l'île de Nusa Penida au sud de Bali. Nous pédalons d'abord vers le port de Padangbai d'où nous prenons le ferry pour l'île. Ambiance transport local dans le bateau, c'est le week end il y a du monde. Quelques difficultés à se comprendre avec le personnel : entre celui qui nous dit que le transport des vélos est gratuit et celui qui nous dit que c'est payant c'est assez animé... Au final ce n'est pas bien cher, moins de 10 euros pour toute la famille.

La classe de CE1/CM2 au travail a Padangbai

Bateau traditionnel en bois, nous on les appelle les bateaux araignées
Embarquement coloré

L'île est très peu touristique, et c'est très bien comme ça. Nous commençons par explorer l'est de l'île avec un temple situé dans une grotte dont l'entrée est très très petite... Vraiment épatant cette grotte !

Entrée de la grotte !

Temple à l'intérieur de la grotte
Pour rouler sur l'île nous avons échangé nos enfants. Nans et Jeanne sont ravis de rouler en Pinos. Emma et Justin sont super fiers de pédaler tout seul !
Justin sur le vélo de Nans

Emma sur le vélo de Jeanne

Nans sur le Pino avec Delphine
Sur le bord de la route, des algues sèchent

Routes à trois voies à Nusa Penida

Au petit village de Toyapakeh, ambiance tranquille face à la plage où s'alignent les bateaux . Nous nous installons chez Hamiden et Siti qui tiennent une modeste homestay. Siti se plie en quatre pour nous préparer de bons petits plats et Hamiden est le capitaine du bateau qui nous permet d'explorer la côte.
Toyapakeh sur l'île de Nusa Penida : petit coin  de paradis près de Bali
Les shadocks au boulot !

Nous ferons une excursion à la recherche des raies mantas ! Et pour le bonheur des enfants, Hamiden, bien aidé par Olivier tel un pêcheur marseillais, arrive à en repérer. Nous en verrons à deux reprises très près du bateau. Rencontres furtives et que d'émotions ! Mais impossible de les voir sous l'eau quand on plonge.

Emma et Jeanne sont sur un bateau ...

Nous sommes deux soeurs jumelles ... (D4 style!)

Hamiden le capitaine !

Guetter l'apparition d'une raie manta au petit matin...

Toyapakeh est un village musulman, et ici le muezin est réglé à 4h30 ! Ca fait vraiment tôt surtout que les coqs prennent le relais après les 30 minutes de prières matinales...
Nous partageons de bons moments avec les habitants de cette île tranquille qui n'est pas touchée par le tourisme de masse : la vendeuse de jus de fruit, un créateur de bonzaï, l'instituteur ...
Restu : la vendeuse de jus de fruit

Nous reprenons le ferry pour Bali avec les Delaye. Bonne rigolade au port pour négocier le prix du transport des vélos, tout le monde s'en mêle jusqu'au big boss qui aura le dernier mot, on s'en rappellera longtemps ! Après le ferry, on partage un dernier Nasi Goreng avec nos compagnons de route, eux rentrent à Kuta pour se poser avant de prendre l'avion. De notre côté, nous reprenons la route vers le coeur de Bali.

A vélo dans le bateau !
La devise de la Terre en vadrouille !!

De Padangbai à Kuta

Nous revoilà à quatre, la Terre dans le guidon ! Nous prenons en début d'après midi la direction de Selat à 10 km de la côte. Pas bien loin... mais ça monte énormément ! A plusieurs reprises, nous sommes obligés de monter les vélos un par un pour que les deux adultes puissent pousser. Nous sommes trempés comme si nous avions pris une douche tout habillé. Nous n'avions jamais poussé de cette façon sur une route bitumée. Les enfants se découragent instantanément : "j'veux rentrer !".... "patiente dans 4 jours tu seras à Paris ...". Un peu plus loin Jimmy Hendrix (celui de la danse à Lovina) nous double dans un virage, il y a pourtant 4 millions d'habitants à Bali !!!
Jérôme (et Emma) en plein effort (la mer est déjà bien loin)

Après une bonne nuit de sommeil (sans réveil muezin à 4h30), le lendemain nous prenons un van pour nous monter sur la caldeira d'un autre volcan, le Mont Batur. Nous sommes heureux de nous épargner cette ascension à vélo. La vue sur le Mont Batur depuis le bord du cratère est magnifique. Nous roulons sur cette caldeira pendant une dizaine de kilomètres avant de plonger sur le versant sud en direction d'Ubud. Nous ferons une pause en route pour une dernière avec des éléphants.
Emma, Justin, le cornac et Fatima (c'est le nom de l'éléphante)


Le Mont Batur derrière nous
Justin et son fourgon (le volant est à droite) !
Depuis le volcan nous avons plus de 1200 m de dénivélé négatif (de la descente quoi), mais tout se complique aux abords d'Ubud, notre carte OSM en mode cycliste nous fait passer par une voie cyclable.... sur laquelle il y a des marches à monter et à descendre ! Cette fois, nous avons dû retirer les sacoches pour monter les vélos... Nous terminons encore la journée épuisés !

Voie cyclable avant Ubud
Nous arrivons à Ubud enchantés de notre petit tour dans l'île et comme nous n'avons pas envie d'arrêter de pédaler, nous décidons après une journée de repos de poursuivre à vélo jusqu'à l'aéroport situé à Denpasar. Gédé nous livrera à l'aéroport les cartons d'emballage de nos vélos restés chez lui.

Et maintenant ?

Et maintenant : Paris ! Nous sommes contents de rentrer (surtout Justin pour monter dans l'A380...) mais nous avons aussi un pincement au coeur car ce retour marque la fin de  l'aventure. Néanmoins le voyage continue encore en France. On espère que ce choix d'avancer notre retour et de rentrer tranquillement à vélo jusqu'à la maison va nous permettre de nous réaccoutumer petit à petit à une vie "normale".
Dimanche 31 mai nous roulerons sur les Champs Elysée et nous déjeunerons sur l'herbe au pied de la tour Eiffel !

Retour à Bourg Des Comptes le 20 juin midi

Ceux qui souhaitent se joindre à nous pour notre retour le 20 juin à Bourg Des Comptes merci d'apporter un petit peu de nourriture à partager avec ceux qui seront présents, on s'occupe de l'apéro ! Envoyez nous aussi un petit mail pour nous prévenir en utilisant le formulaire de contact en bas du site, et si ça ne marche pas venez quand même !

10 commentaires:

  1. Ah oui les prix "c'est pas la Calédonie" !
    Pincement au coeur aussi pour nous...
    Justin: fini les trompes d'éléphant sur la tête.
    Emma tu es magnifique en danseuse balinaise.
    Enormes bises !!!

    RépondreSupprimer
  2. La patate est de retour effectivement !
    Pincement au cœur ici aussi .... qui va nous faire rêver désormais ???

    On cependant hâte de vous voir maintenant ....

    RépondreSupprimer
  3. En tout cas Bali ça donne envie, peut être pas à vélo par contre!!!!
    Ici on a très hâte de vous revoir!!! Les 3 prochaines semaines vont être bien longues en attendant le 20 juin...
    bisous Tata Flo, Tonton Oliv et Paul

    RépondreSupprimer
  4. Bon retour! Bali, on ne connaît pas mais votre article donne envie!

    RépondreSupprimer
  5. oui hâte de vous revoir aussi la voisine et surtout princesse si besoin tu préviens il y a des chambres et la pelouse pour certains ce soir la fête des voisins on pensera a vous bises Martine

    RépondreSupprimer
  6. Un déjeuner sous la tour Eiffel: quel beau cadeau de fête des mères pour Delphine, d'ailleurs: "Bonne fête"!! Est- ce que tu as pensé à faire fabriquer une surprise à tes élèves???
    Trop hâte de vous voir aussi...
    PS: Ju j'adore ton fourgon!!!
    Tata Anne-So and co

    RépondreSupprimer
  7. Bon retour en France!!!! Super Emma en balinaise!!! Et Justin avec tous ces fruits!!!!
    Bisous
    Tata Val, Tonton Roland et Carole-Anne

    RépondreSupprimer
  8. Bon retour en France ,merci pour toutes les magnifiques photos ,grâce à vous on a voyagé pendant un an ...heureusement il nous reste les images .
    A bientôt à Bourg les comtes on l'espère sinon en Finistère.
    Bisous à vous 4 et bonne fête à Delphine
    Famille Griffon

    RépondreSupprimer
  9. Bon retour en France. Profitez bien de ce dernier mois de liberté.
    Jérôme Q

    RépondreSupprimer
  10. La bande à Samy5 juin 2015 à 16:31

    Bon retour en France. On pensera à vous le 20 juin.

    RépondreSupprimer