lundi 16 février 2015

Nouvelle-Calédonie : L'île de Lifou - chacun sur son biclou !

Nous venons de passer 12 jours sur l'île de Lifou en Nouvelle-Calédonie. Nous avons troqué nos tandems contre 4 vélos pour découvrir cette île authentique où la culture Kanak est très présente. Nous ne nous attendions pas à autant de dépaysement dans ce petit coin de France.

Nous atterrissons le 3 février à Nouméa sous une chaleur qui écrase la ville depuis plusieurs semaines. Après quelques paperasses avec la douane pour certifier que nous n'allons pas vendre nos vélos sur l'île et un traitement germicide/fongicide/insecticide sur nos tandems par la sécurité sanitaire de l'île, nous sommes accueillis chez Daniel (du réseau Warmshower) et sa famille. Daniel et sa femme Michelle nous en apprennent beaucoup sur la Nouvelle-Calédonie et la vie des Kanaks.
Il nous aide à préparer notre séjour sur le territoire. Nous souhaitons visiter les îles à vélos. Seul le Betico (le bateau qui permet d'aller sur les îles) peut transporter nos Pinos  mais il est bientôt en carénage et cela ne nous laisse pas suffisamment de temps pour l'emprunter. Nous nous rabattons donc sur l'avion.Comme c'est la rentrée scolaire ici nous n'avons pas trop le choix dans les dates. Nous trouverons finalement des vols pour passer 12 jours à Lifou et enchaîner sur l'île des Pins. On voyagera léger car nous n'avons droit qu'à 36 kg pour nous 4. Nous arrivons tout de même à caser un vélo pour Justin prêté par Daniel, ou plutôt par son fils Léo !


Direction Lifou
Nous sommes surpris d'être moins de 10 passagers dans l'avion qui peut en compter une cinquantaine. En survolant l'île en avion, tout est vert et on ne distingue pas beaucoup d'habitations. Ici nous sommes accueillis par Didier qui s'est installé sur l'île avec sa famille lors d'un voyage il y a 10 ans... depuis il a pris l'habitude de recevoir une famille de cyclistes tous les ans, nous sommes donc le cru 2015. Il est informaticien et travaille en freelance pour la métropole (la vue est un poil plus sympa que celle que certains de ses homologues ont sur l'A86...).
En arrivant à Wé nous sommes ébahis, malgré quelques nuages, par la couleur de l'eau dans la baie de Chateaubriand.

Vue depuis la maison de Didier sur la baie de Chateaubriand
Nous restons 2 jours à Wé pour découvrir cette très petite ville qui est la plus grosse de l'île et aussi faire nos premiers essais de PMT (Palme Masque Tuba). Didier nous prête 3 vélos pour compléter notre équipement. Nous les essayons en allant faire un tour au marché. Au départ c'est difficile de se remettre à conduire à droite ! A notre grand désespoir, il y a très peu de fruits à vendre au marché... Emma est tout de même ravie de goûter son premier "coco vert".
Baie de Chateaubriand à Wé
Emma déguste un "coco vert"

Sud de Lifou
Nous partons pour 5 jours découvrir la partie sud de Lifou sur nos 4 vélos. Les routes sont tranquilles et jamais pentues mais parfois monotones. Elles sont tracées dans la brousse et n'offrent pratiquement jamais de point de vue sur la mer et c'est bien dommage. Nous faisons des escales dans les gîtes (hébergement en tribu) qui nous permettent de camper à côté des cases touristiques. Les plages sont magnifiques : Luengoni avec son rocher Conforama (celui de la pub !), mais notre préférée est la plage de Joj que nous découvrons par hasard. On se régale à regarder les poissons multicolores près des "patatates" (nom donné aux formations coralliennes).
Un matin, nous visitons les "Joyaux du Luengoni", il s'agit d'une grotte remplie d'eau (froide !), c'est rigolo de nager au dessus des stalagmites, mais il ne faut pas se cogner aux stalactites

Le rocher Conforama à Luengoni

Cases dans un gîte

Arrêt à l'alimentation 

Près de la magnifique plage de Peng


Un midi nous nous arrêtons dans un jardin pour pique-niquer à l'ombre d'un arbre.Tout de suite une femme nous propose une natte pour nous asseoir, puis un fruit pour notre dessert. Ensuite on nous propose de faire la sieste dans la case et de fil en aiguille nous voici à passer la soirée et la nuit ici chez Marie et sa belle sœur. Marie est bien contente d'avoir du monde car ses petits enfants, accompagnés de son mari, viennent de partir à Nouméa pour la rentrée des classes. Nous avions appris beaucoup sur les coutumes Kanaks par Daniel et Didier, mais entendre Marie nous raconter sa vie était vraiment un moment très fort. Les Kanaks vivent dans un système "féodal" avec une hiérarchie de chefs partant du chef de district, jusqu'au chef de famille en passant par le chef de tribu et le chef de clan. Marie nous dit être un "sujet" du chef. Et comme le fils du chef doit se marier en juin prochain, tout le monde travaille beaucoup pour préparer ce mariage. La maison de Marie a été toute repeinte en cette occasion ! On n'a pas tout compris mais il y a beaucoup d'argent en jeu et un système de dote pour la famille de la mariée. Elle nous parle aussi de don d'enfant: elle a du donner sa fille de 3 ans à son beau-frère à la demande de ses beaux parents ! Nous qui pensions séjourner dans un petit coin de France ... mais non ici la coutume est plus forte que la loi.
Le soir nous passons la nuit dans la case de la famille. Sur chaque terrain, il y a une case et une habitation en dur souvent avec des toits en tôle. La case reste fraîche quand il fait chaud et sert aussi de refuge en cas de cyclone car sa forme circulaire n'offre pas de prise au vent. Dans les cases, un feu est fait régulièrement car c'est la suie qui assure l’étanchéité du toit !
Habitation classique sur Lifou : La case et la maison en dur
Delphine aide Marie à préparer le dîner (première leçon : épluchage de patates douces)


Classe dans la case Kanak chez Marie
Lors de ce parcours nous nous arrêtons aux petites alimentations pour nous approvisionner, c'est assez cher (quoique ça nous semble moins cher que la Nouvelle-Zélande) et il n'y en a pas beaucoup... Nous y trouvons surtout des produits importés de France mais peu de fruits. Heureusement pour nous, on en reçoit parfois en cadeau : une fois des corossols (délicieux) et une autre fois des fruits du dragon (importés d'Asie et qui poussent maintenant à Nouméa).
Pour le pain, c'est plus simple, on a compris qu'un boulanger faisait le tour du sud de l'île dans le sens inverse du nôtre tous les jours pour vendre son pain marmite ! Il fallait juste être aux aguets pour entendre les coups de klaxon de la camionnette de livraison ...

Nord de Lifou
Après une nuit à Wé et quelques plongeons dans la baie de Chateaubriand, nous partons vers le nord par la grande route de l'île. En chemin on s'arrête chez Patrick, un métropolitain qui s'est installé à Lifou pour faire du miel. Il est passionné par son métier et nous fait tout naturellement visiter ses ruches. Emma et Justin ne cessent de poser des questions, ils l'écoutent et sont comme nous captivés :  c'est super intéressant ! A tel point qu'on en oublierait presque qu'il nous reste encore un bout de route à faire et l'obscurité vient vite. Nous laissons donc les abeilles (qui ici se portent très bien) pour arriver juste avant la nuit à Easo où nous installons notre tente à Lilo rêve tout près de la mer pour 3 jours.

Notre campement à Easo
A Easo il y a deux choses à faire : nager avec les tortues et plonger dans l'aquarium naturel de la baie de Jinek. Nous verrons bien les tortues depuis le ponton, mais impossible de les approcher en nageant car la mer est trouble à cause du vent qui s'est levé.
En revanche l'aquarium naturel est un véritable petit bijou, il permet un accès très facile à de belles patates coralliennes autour desquelles se trouvent des poissons multicolores. Nous sommes ébahis par tant de merveilles !

Emma qui titille un poisson clown


Chirurgien rayé
Drôle de poisson!


Easo accueille certains jours des croisiéristes Australiens dont le paquebot vient mouiller dans la Baie de Santal. Lors de ces arrivées une troupe de danseurs et musiciens locaux se produisent pour eux, des stands de nourriture locale sont installés ainsi que des ventes de souvenirs. Nous avons pu profiter de ce déploiement d'activités sereinement car lorsque nous y étions ce ne sont que 80 touristes qui ont débarqué et non 2800 (!) comme il est possible à certaines dates !
On nous avait conseillé d'aller voir Kiki beach. Pour cela il faut demander à Jean-Paul (qui habite derrière le stade) de nous indiquer par où passer. En effet, nous sommes accueillis par un "Jean-Paul, responsable du projet randonnée pédestre Kiki Beach", ce qui se traduit par "payez moi 500 francs par personne pour que je vous dise par où aller" ! Nous avons donc payé et marché 30 minutes dans la forêt pour arriver sur une plage digne d'une île déserte avec une "échelle" en bois pour descendre.
Nous avons découvert que la culture de la vanille existait à Lifou. Nous avons appris le procédé de fabrication des gousses de vanille.D'après la patronne de cette vanilleraie, cette activité pourrait donner de l'emploi à pas mal de monde ici, mais le travail ne serait malheureusement pas la préoccupation principale des jeunes de Lifou.



Les falaise de Jokin
Sur une petite route de Lifou
Kiki beach (merci Jean-Paul !)
Dégustation de langouste avec Didier 

Et maintenant ?
Avant de retrouver Grande Terre et nos tandems Pinos nous allons passer quelques jours à l'île des Pins.



19 commentaires:

  1. Ça alors! Formidable de voir Emma et Justin pédaler sur des 'vrais' vélos! ;-) Ils ont aimé? Ça ressemble à l'idée qu'on se fait du paradis ce coin du monde! Nous vous envions la chaleur et la mer aux eaux turquoises. Ici, le Pacifique est plutôt gris et froid!
    Bonne continuation!
    Denise

    RépondreSupprimer
  2. ouah! c'est super beaux ces poissons que vous pouvez voir si près, on a l'habitude de les voir derrière les vitres d'un aquarium! et toutes ces plages paradisiaques vous nous faites rêver, surtout après une journée de grisaille et de pluie non-stop! ici c'est les vacances pour les enfants mais pas de plongeons dans une mer turquoise! Profitez bien de ces moments de bonheur! A plus.
    Biz.
    Les Ménard

    RépondreSupprimer
  3. La barbe de Gé !!!!
    C'est le top look aventure !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon, ben je vais aller acheter un rasoir ...

      Supprimer
    2. C'est Delphine qui répond ????

      Supprimer
  4. alors là j'ai pas du tout envie d'aller au boulot après avoir vu vos magnifiques photos, la lecture pour ce soir............et beurk chez nous il pleut!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  5. Waouuuu, les beaux paysages et les beaux poissons. Faut dire que là, ça bat notre île thaïlandaise oú l'eau est bien turquoise mais sans poisson. On espère bien se rattraper avec les suivantes. En réfléchissant bien, y a peut être encore moyen de filer vos gosses à quelqu'un dans les règles de la tradition, s'ils ne sont pas sages.

    RépondreSupprimer
  6. des photos toujours plus belles les unes que les autres!!! les décors sont paradisiaques, merci de nous les faire partager!!
    vous avez la chance de toujours tomber sur des gens accueillants et adorables : à votre retour faites l'impasse sur Panam, sinon le choc risque d'être encore plus violent que juste le retour à la maison :-P MDR !
    bonne continuation !

    RépondreSupprimer
  7. Merci pour les belles photos!!!! Bonne route au soleil!!!! Bisous sous un temps très changeant!
    Tata Val, Tonton Rol et cousine Caro

    RépondreSupprimer
  8. Tonton Jérome tu as perdu ton rasseoir ?
    Et toi Emma , tu fais des blagues depuis que tu as touché ce petit poisson clown ?(ce poisson c' était
    Némo ?)
    Lucie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non Lucie, il se déguise en moi !!!

      Supprimer
    2. Mon petit Jérôme: ta barbichette te va très bien....Moi j'adore !!!!

      Supprimer
    3. Celle qui adore la barbichette, c'est Gigi !!!!

      Supprimer
  9. Que de souvenirs en revoyant toutes ces photos et ton récit.
    Lifou n'a pas beaucoup changé en 10 ans, les habitants toujours nonchalants, les plages toujours aussi belles et désertes et les commerces toujours aussi bien achalandés !
    ça fait du bien de revoir tout ça, ça donne envie d'y retourner ... mais c'est super loin !
    Bonne continuation sur la grande Terre ou il y a aussi de superbes choses à voir. L'engin !
    Et casse pas la tête mon Jéjé
    On attend la suite de vos aventures.

    RépondreSupprimer
  10. Après toutes ces rencontres, vous allez pouvoir écrire le livre "L'ethnologie à vélo". Merci pour les récits et les photos.

    Jérôme Q, riverain de l'A86.

    RépondreSupprimer
  11. Salut à vous,
    Vous avez pas honte de nous poster ce genre de photos :-) ? Car mon panorama quotidien c'est l'A86.
    Quant à l'eau, je ne me baigne pas dedans, elle me tombe dessus tout les jours, et les shorts et T-shirt sont bien rangés au fond du placard car c'est la doudoune qui est de rigueur ici !
    Profitez bien de ce coin de monde, et continuez à nous le faire partager.
    Richard V.

    RépondreSupprimer
  12. Vos belles photos font rêver. Bonne route.

    RépondreSupprimer
  13. Vous pouvez nous rappeler pourquoi on vient faire un trek Népal, alors qu'on aurait pu venir un mois plus tôt se la couler douce en Nouvelle Calédonie!!!!

    RépondreSupprimer